Réuni à Strasbourg à deux reprises depuis 2013, le conseil scientifique d’acc&ss FnAK est placé sous la présidence d’Edouard Brézin et la Vice-Présidence de Pierre Braunstein. Constitué d’une quinzaine de personnes, ses objectifs visent à :

  • Engager un dialogue stratégique, au plus haut niveau, pour faciliter la mobilité des chercheurs étrangers vers la France ;
  • Associer les collectivités territoriales alsaciennes pour bénéficier de leur expertise relative à l’attractivité et au rayonnement de nos territoires ;
  • Associer les grands établissement d’enseignement supérieur et de recherche nationaux pour bénéficier de leur savoir faire en la matière ;
  • Informer les cercles politiques nationaux et territoriaux à ce propos ;
  • Adapter les missions d’accueil et de suivi du réseau d’accueil français des chercheurs étrangers et d’acc&ss FnAK aux attentes de nos équipes de recherche et de leurs chercheurs invités.

Stratégie de recrutement

Le recrutement des meilleurs talents internationaux est au cœur de la stratégie des organismes de recherche français, qui en ont souligné les enjeux dès la première réunion du conseil scientifique à Strasbourg en 2013. CNRS, INSERM, INRIA, IRD, Institut Pasteur et PRES ont chacun marqué l’utilité de :

  • Repérer dès que possible, à l’étranger, les chercheurs à recruter pour leurs projets de recherche ;
  • Coordonner l’arrivée des chercheurs en mobilité avec leurs partenaires étrangers ;
  • Mutualiser les expériences et informations relatives aux doctorants et aux post-doctorants, afin d’identifier les meilleures équipes de recherche à l’étranger.

Conditions de travail

La deuxième réunion du conseil scientifique, en 2014, s’est penchée sur les différents statuts de chercheurs au sein des établissements. La participation du Ministère de la Recherche a permis d’aborder les conditions de travail, sous l’angle du financement et du statut :

  • Anticiper les formalités et raccourcir leur délais, afin d’en libérer les chercheurs et de bénéficier pleinement de leur potentiel ;
  • Intégrer les charges sociales employeur dans les financements sur libéralités, ou à défaut accompagner la résorption des libéralités ;
  • Harmoniser les pratiques au sein des établissements, afin que le travail des chercheuses en mobilité soit compatible avec leur vie familiale.

Carrière scientifique

En Amérique comme en Europe, la voix des jeunes chercheurs, doctorants et post-doctorants, s’élève chaque jour plus clairement pour une véritable reconnaissance de leur carrière dans l’avancement de la science. Aujourd’hui, les chercheurs en mobilité choisissent leur institution hôte autant pour son excellence que pour des conditions de travail propices à leur carrière. Face à cette nouvelle donne, les enjeux sont les suivants :

  • Réduire les délais administratifs nécessaires pour être en règle avec la Préfecture, la DIRRECTE, l’OFII et la CPAM ;
  • Garantir des conditions d’hébergements à la hauteur des meilleures recrues internationales ;
  • Intégrer un encadrement professionnel épanouissant dans nos établissements tout au long de la carrière, mobilité incluse.